S'écouter pour s'épanouir au travail 1bis
S'épanouir au quotidien

S’écouter pour s’épanouir au travail

S'écouter pour s'épanouir au travail 1

Nos pensées influent sur notre quotidien

Lorsque l’on est persuadé que quelque chose va nous arriver, cette chose a davantage de chance de se produire. Nos pensées sont tellement focalisées dessus, que l’on commence à « attirer » des choses qui vont venir confirmer ces pensées.

Ce phénomène fonctionne aussi bien pour les événements positifs que les négatifs.

Vous savez, c’est exactement ce qu’il se passe lorsque vous vous répétez tous les jours : « J’ai peur de tomber malade pour cet entretien d’embauche, il faut que je sois au top de ma forme » et que, « comme par hasard », vous tombez malade à cette même période.

Vous étiez tellement focalisé(e) sur l’aspect négatif (la maladie), que vous avez créé un contexte, sans même vous en rendre compte, qui a favorisé la survenue de cet événement. Cela vient donc valider cette pensée en la rendant réelle.

Il en va de même lorsque vous voulez quelque chose de vraiment positif pour vous.

Dans ce cas-là, l’auto persuasion est très puissante lorsqu’elle est utilisée à bon escient. Si vous décidez de vous concentrer sur un nouvel objectif (par exemple, obtenir un nouvel emploi, ou plus simplement, changer une habitude dans votre quotidien), en vous focalisant sur ce que vous allez gagner, l’ascension sera plus aisée.

Bien sûr, cela n’explique pas tout, loin de là, mais c’est un facteur trop souvent négligé. En bref, si nous nous concentrons uniquement sur les aspects négatifs de nos vies/projets, nous allons voir survenir des événements futurs qui vont aller dans le même sens.

A l’inverse, si l’on se concentre sur les pensées agréables, des événements favorables vont plus facilement survenir.

Se concentrer sur les « bonnes » pensées

L’idée de cet article est de vous illustrer que nous sommes tous acteurs de nos vies. Certains événements ne sont pas de notre ressort bien sûr, nous n’avons pas d’impact en apparence sur leur survenue. Toutefois, nous pouvons agir a posteriori, notamment sur « l’attention » et « l’énergie » que nous allons porter à chacun de ces événements.

« Si tu t’affliges pour une cause extérieure,
ce n’est pas elle qui t’importune,
c’est le jugement que tu portes sur elle.
Or, ce jugement, il dépend de toi de l’effacer à l’instant.
Mais, si tu t’affliges pour une cause émanant de ta disposition personnelle, qui t’empêche de rectifier ta pensée ? »
Marc-Aurèle dans son ouvrage Pensées pour moi même

Une fin de contrat ne sera pas vécue de la même manière en fonction des individus. Si l’on voit cela comme une catastrophe, les bienfaits ne sont pas visibles. Or, si l’on observe cela avec davantage de distance, cela peut être une formidable opportunité pour trouver un emploi qui nous correspond davantage.

En effet, c’est le moment idéal, et même « contraint », pour prendre le temps de vous poser les bonnes questions.

« Est-ce que je me plaisais dans mon dernier poste ? Est-ce que je veux réitérer l’expérience en trouvant un poste similaire ? »

Si vous répondez par l’affirmative à ces questions, c’est bon signe. Vous vous trouvez dans un environnement qui vous plaît, dans lequel vous vous projetez facilement dans le futur.

A l’inverse, si vous répondez à ces questions par la négative, il est surement temps de changer les choses, en tentant une nouvelle expérience.

Pour aller plus loin sur ce point, lisez l’article
« Comment élargir son horizon professionnel simplement ? »

S'écouter pour s'épanouir au travail 2

Le risque de ne pas s’écouter

Combien de personnes restent dans un poste qui ne leur plaît pas… Elles sont conscientes que ce mode de vie ne leur convient pas, mais elles y vont quand même, pour tout un tas de raisons légitimes.

Étonnamment, sur le long terme, lorsque l’on fait cela, on tombe plus facilement malade. On est davantage fatigué qu’à la normale. Des petits (ou des gros) tracas nous tombent dessus.

L’engrenage se met en place. Moins d’énergie, moins de motivation, moins de positif, davantage d’effort et de négatif. Le cercle vicieux se met en place, petit à petit, sur la durée. Il n’est pas visible à l’œil nu.

Aller travailler à reculons (contre notre envie), demande bien plus d’effort mentaux et physiques, que d’aller faire un travail qui nous plaît profondément, même si ce dernier semble davantage éprouvant.

Je souhaite faire une petite parenthèse sur l’importance d’écouter son corps de manière générale, mais surtout dans ce cas-là. Dans bien des cas, nous n’écoutons pas ce que nous demande notre corps.

Bien souvent, il demande des choses pourtant simples, dont principalement le repos. Encore faut-il savoir déchiffrer ces signaux…

« Il faut donner du relâche à l’esprit :
il reprend des forces et de l’ardeur par le repos. »
Sénèque, dans son ouvrage De la tranquillité de l’âme

Comme je vous l’expliquais précédemment, l’énergie demandée pour aller faire un travail qui ne nous plait pas du tout, vient créer un déséquilibre puissant, dont il faut tenir compte.

Le repos, les loisirs, les temps de détente avec ses proches, une alimentation particulièrement dynamisante vont bien-sûr venir contrebalancer tout cela.

Agir en profondeur

Toutefois, ici, nous agissons sur les conséquences, et non sur la cause profonde. Un mode de vie extrêmement sain va aider à « tenir sur la durée », mais cette frustration sera toujours présente tant que vous irez « à reculons » au travail.

Imaginez maintenant que vous n’écoutiez pas ces symptômes (sommeil chronique, baisse d’énergie sur la durée, manque de motivation, et bien d’autres choses non réjouissantes).

Le déséquilibre corporel ne sera pas « apaisé » et d’autres complications vont venir se rajouter. Dans les cas les plus critiques, l’accumulation sur le long terme entre surmenage physique et stress lié au travail peut malheureusement aboutir à des dépressions/burn-out…

« Il est bon de se retirer souvent en soi-même ;
la fréquentation des gens qui ne nous ressemblent pas
trouble le calme de l’esprit, réveille les passions,
et rouvre les plaies de notre âme,
s’il y est encore quelques parties faibles et à peine cicatrisées.
Il faut donc entremêler les deux choses,
et chercher tour à tour la solitude et le monde.
La solitude nous fera désirer la société, et le monde de revenir à nous-même : l’une et l’autre se serviront de remède. »
Sénèque, dans son ouvrage De la tranquillité de l’âme

Faire le point

Bien souvent, si vous êtes dans une situation de ce type, c’est que quelque chose vient créer une « tension » très forte dans votre quotidien. Je vous parle ici de l’aspect professionnel, car il s’agit de la thématique de ce blog, et que cela est courant, mais cela peut aussi venir d’un aspect de votre vie strictement personnel.

Pour en apprendre davantage sur ce sujet, lisez l’article
« Est-ce que j’aime mon métier ? »

Si vous souhaitez obtenir des conseils sur la reconversion professionnelle, car vous êtes aujourd’hui dans un job qui ne vous convient pas, je vous invite à lire les autres articles présents sur le blog.


Enfin, pour vous aider à définir concrètement ce que vous voulez faire de votre vie professionnelle, à l’aide d’exercices, je vous invite à recevoir gratuitement le guide que je vous propose sur ce site : « Faire le point sur sa vie professionnelle et personnelle (4 exercices) ».

Il vous suffit de remplir votre prénom et votre adresse email pour recevoir ce cadeau (sur la droite de la page si vous êtes sur ordinateur ou en bas de la page si vous êtes sur tablette/smartphone).

Merci à d’avoir lu cet article et à très bientôt sur Trace Ta Carrière ! 😉

Articles similaires

Laisser un commentaire