De nouvelles habitudes de travail
Faire le point

De nouvelles habitudes de travail

De nouvelles habitudes de travail
  • Vous êtes-vous déjà questionné sur vos habitudes de travail ?
  • Comment organisez-vous vos journées de travail ?
  • Percevez-vous des différences de méthodes de travail entre vos collègues et vous-même ?
  • Travaillez-vous aujourd’hui de la même manière qu’il y a quelques années ?

Changements de comportements

Pour analyser les nouvelles habitudes de travail qui s’installent dans les différents milieux professionnels, basons-nous sur un phénomène de société qui s’intensifie de jours en jours.

Au fil des années, on observe un changement de comportement des salariés, qui vient bouleverser les habitudes de travail. La quantité de travail réalisé par les salariés est la même qu’auparavant. Cependant, la répartition du temps de travail et les méthodes changent. Intéressons-nous aux graphiques ci-dessous.

De nouvelles habitudes de travail

Ces graphiques sont extraits de la présentation « Le nouveau (micro) temps libre : Redéfinir la pause dans un monde connecté », réalisée par l’agence MRY en 2015. Ils montrent les différences en termes d’organisation du temps de travail entre les générations.

On peut voir ici plusieurs faits très intéressants :

  1. Premièrement, la vision du travail comme elle a été conçu depuis de nombreuses années est souvent la suivante : On travaille durant plusieurs heures pour accomplir nos tâches, puis une pause est effectuée. Ensuite, rebelote.
    Nouvelle grosse période de travail, pour terminer totalement la journée de travail. Schéma plutôt classique, qui est d’ailleurs bien encadré par la loi, pour limiter les éventuels abus. Une pause est légalement octroyée aux salariés après une certaine durée de travail.
  2. A contrario, les schémas nous montrent aussi une nouvelle tendance, qui s’intensifie avec le temps. De nouvelles habitudes de travail apparaissent. La répartition du temps de travail tend à évoluer. Nos nouvelles habitudes personnelles, liées aux usages des nouvelles technologies, viennent impacter le monde du travail. Ainsi, on peut observer que le travail ne se réalise plus en grands blocs, mais en plus petites sessions de travail, chacune entrecoupées par des micro-pauses. Cela sur une période totale plus longue.

Évolution de la répartition du temps de travail

Le temps de travail global est le même dans les deux situations. C’est bien la répartition de ce temps qui évolue. La réalité n’est jamais autant clivée bien entendu. Heureusement !

Il s’agit cependant d’une tendance qu’il est important d’avoir en tête pour comprendre les enjeux des entreprises pour les décennies à venir. Cela peut créer un décalage dans le milieu professionnel entre certains individus. Des différences culturelles et managériales qui peuvent pousser à questionnement.

Les nouvelles technologies ont envahi nos vies. Par conséquent, les réseaux sociaux et autres applications en tout genre aussi. Le travail des nouvelles générations ne se réalise pas de la même manière qu’auparavant.

Aujourd’hui, on observe des habitudes de travail qui sont très influencées par nos habitudes personnelles. Ainsi, on va observer de plus en plus de personnes qui vont réaliser leurs tâches professionnelles, avec des micro-pauses (téléphone, discussion, réseaux sociaux, etc.) entre chaque étape. Ce phénomène est transposable dans notre contexte personnel.

Les notifications de nos appareils nous incitent à les regarder régulièrement. Que l’on soit dans notre sphère privée ou bien le milieu professionnel, la tentation est la même. Les conséquences sont les mêmes en termes d’habitudes. Ainsi, si vous regardez très régulièrement votre smartphone durant votre temps libre, vous allez avoir tendance à avoir envie de faire la même chose lorsque vous travaillez.

D’ailleurs, nous travaillons de plus en plus avec des outils numériques. La tentation est d’autant plus grande de prendre de courtes pauses pour assouvir notre besoin de réseaux sociaux ou de vérification de mails.

De nouvelles habitudes de travail 2

Éducation face aux nouvelles technologies

Il en va aujourd’hui d’une question d’éducation face à ces nouvelles technologies. On peut se laisser polluer ou déranger par toutes les informations.

Il est plus que facile de trouver les informations que l’on souhaite sur internet. Par conséquent, il est aussi extrêmement facile de se laisser bombarder d’informations dans notre quotidien, que l’on ne désire pas forcément.

Nous sommes abonnés à des journaux, nous « likons » des pages qui nous envoient des informations sur nos différents réseaux sociaux ou bien nous sommes dans des groupes de discussion instantanées avec nos proches. Nous recevons des tonnes de notifications/sollicitations.

Pour aller plus loin sur ce point, lisez l’article
« Être plus heureux grâce à la diète médiatique »

Cette quantité d’information peut être handicapante sur notre productivité, si nous ne faisons pas attention. Il est important de fixer des limites lorsque nous souhaitons travailler dans de bonnes conditions.

Auparavant, les seules sollicitations que nous recevions au bureau étaient celles de nos collègues / partenaires de travail. Aujourd’hui, nous travaillons toujours avec ces collègues, mais nos appareils électroniques nous bombardent désormais de notifications (ce qui n’était pas le cas il y a 30 ans). C’est d’ailleurs un des éléments qui explique les nouvelles habitudes de travail des nouvelles générations.

Toutes les personnes qui ont baigné dans les nouvelles technologies depuis leur enfance, ont acquis des comportements différents de ceux qui sont restés plus éloignés (par choix ou non) de ces nouvelles tendances.

Pour illustrer ces différences de comportements, on entend souvent parler de « bouleversement du monde professionnel par les générations Y et Z ». Il existe des différences de comportements très marquées entre les générations. Une « fracture générationnelle » peut survenir dans le milieu professionnel. Les méthodes de travail et les attentes managériales ne sont pas les mêmes. Pourtant, nous devons tous travailler ensemble.

Nouvelle perception des contraintes

Il n’y a pas de solution miracle ou de situation meilleure qu’une autre. Il y a du bon et du moins bon dans chaque méthode de travail. Ce mélange de génération apporte beaucoup de positif. Il faut apprendre des autres.

Les générations « traditionnelles » peuvent accueillir le changement apporté par les générations « nouvelles ». C’est un excellent moyen de rester à la page et d’apprendre de nouvelles choses. Cela apporte aussi une dynamique forte dans l’entreprise.

A l’inverse, ces nouvelles générations ne doivent pas penser que les méthodes présentes depuis des décennies sont forcément « dépassées ». Bien au contraire, si elles sont installées en entreprise depuis tant d’années, c’est qu’il y a probablement une culture d’entreprise forte, qu’il est important de respecter.

Les contraintes sont devenues un sujet majeur qu’il faut minimiser le plus possible. Difficile d’imaginer exercer un métier dans lequel on ne peut pas en tirer quelque chose en termes de satisfaction personnelle. L’époque de l’immédiateté dans laquelle nous vivons, rend la tolérance à la frustration beaucoup moins développée qu’auparavant.

Il est devenu plus difficile de trouver un travail qui correspond totalement à nos attentes.

  • Notre niveau d’exigence a-t-il augmenté ?
  • Est-ce que l’on se contente plus difficilement de ce que l’on possède ?
  • Nous possédons aujourd’hui beaucoup de choses ; sommes-nous par ailleurs plus heureux ?

Auparavant, on pouvait bien sûr faire un travail qui nous plaisait, par vocation. Toutefois, il était bien plus courant d’être amené à faire un travail « parce qu’il le fallait », par le hasard de la vie, des rencontres ou « parce qu’on fait ce métier dans ma famille depuis plusieurs générations ».

Les envies changent. Désormais, il nous est possible de faire le métier que l’on souhaite et l’on peut le revendiquer. De nombreux outils/associations existent aujourd’hui pour faire le point sur ses envies professionnelles. Ce n’était pas aussi accessible il y a plusieurs générations de cela. Nous devenons donc davantage exigeants et lucides vis-à-vis du métier que nous exerçons.

Nous avons beaucoup plus de possibilités professionnelles qu’auparavant.

Pour en apprendre davantage sur ce sujet, lisez l’article
« Trop de choix de carrière : comment choisir ? »

De nouvelles habitudes de travail 3

Conséquences managériales

Ces changements d’habitudes et de perception se font ressentir directement dans le monde du travail. Toutes les personnes qui doivent encadrer des équipes, devront prendre en compte ces changements de mentalité. Le management devra être adapté aux individus en fonction des coutumes de chacun. C’est un équilibre de groupe très difficile à trouver.

Les managers sont d’ailleurs de plus en plus formés à la notion d’agilité, pour créer une atmosphère de travail propice à l’expression de chacun.

De plus, nous devons prendre en compte un fait nouveau et avéré. Nous ne travaillerons plus toute notre vie dans la même entreprise, comme c’était courant auparavant. La flexibilité demandée aux salariés fait que nous pouvons (ou devons) plus facilement changer d’entreprise et de missions.

Une entreprise doit redoubler d’effort pour capter et fidéliser ses nouvelles recrues. Un salarié mécontent partira plus facilement pour trouver une entreprise dans laquelle il se sent humainement valorisé. Ce phénomène explique pourquoi les grandes entreprises et les nouvelles, mettent le bien-être des salariés au cœur de leurs stratégies.

C’est d’ailleurs devenu un argument pour attirer/recruter les salariés : « Nous pouvons vous offrir un environnement de travail bienveillant, avec de nombreux avantages. Votre bien-être est au cœur de nos préoccupations. »

Les candidats ont de plus en plus de pouvoir. Surtout ceux qui ont de l’expérience et des compétences rares sur le marché du travail.

Lorsque nous voulons bâtir un plan de carrière, nous devons garder en tête que les temps changent. Tous les éléments évoqués précédemment vont s’intensifier avec le temps ; n’en déplaise à certains, c’est un fait avéré.

Prendre en considération ces changements au sein de la société est fondamental pour construire un plan de carrière qui a du sens pour vous. Votre avenir professionnel va se dessiner sur le long terme. Or, plus nous avançons dans le temps, plus ces nouvelles pratiques s’intensifient. Intégrer ce nouveau paradigme dans votre plan de carrière est un excellent moyen d’anticiper les actions que vous devez mettre en place.


Merci d’avoir lu cet article et à très bientôt sur Trace Ta Carrière ! 🙂

Pour vous aider à définir concrètement ce que vous voulez faire de votre vie professionnelle, à l’aide d’exercices, je vous invite à recevoir gratuitement le guide que je vous propose sur ce site : « Faire le point sur sa vie professionnelle et personnelle (4 exercices) ».

Il vous suffit de remplir votre prénom et votre adresse email pour recevoir ce cadeau (sur la droite de la page si vous êtes sur ordinateur ou en bas de la page si vous êtes sur tablette/smartphone).

Articles similaires

1 commentaire

  1. Merci de partager toutes vos expériences!

Laisser un commentaire