S'épanouir au quotidien

Comment se détacher émotionnellement de ses problèmes et s’autoriser à les régler pour de bon ?

Comment se détacher émotionnellement de ses problèmes et s’autoriser à les régler pour de bon ? 1

Quand on « s’attache » à ses problèmes…

Hein, quoi, comment peut-on être « attaché(e) » à ses problèmes ?

Idée qui paraît contre-intuitive de prime abord, pourtant c’est bien plus courant qu’on ne le pense.

Un problème, on a tendance à vouloir le sortir de notre vie, le plus rapidement possible. Oui, toute sorte de tension devrait être expulsée de notre quotidien.

Du moins, c’est ce que notre raison nous dit. 

Même si on a la solution pour régler ce fameux problème, c’est humain, on peut parfois avoir tendance à fermer les yeux. 

Résultat : on commence à vivre avec, voir même à s’y habituer… C’est plus facile sur le court terme, mais c’est bel et bien pesant sur le long terme.

Pourquoi donc peut-on être amenés à laisser traîner nos problèmes sur la durée ? Pour faire simple, on peut évoquer plusieurs raisons courantes :

  1. Se confronter à ses problèmes, cela demande du courage et de la détermination.
  2. Régler ses problèmes nécessite d’avoir l’énergie suffisante sur l’instant ; or, ce n’est pas toujours le cas.
  3. On peut se complaire dans ce rôle de « victime ». Que ce soit vis-à-vis de soi-même ou aux yeux de notre entourage. Vous connaissez Calimero, n’est-ce pas ? 
  4. Il est plus facile de se plaindre d’une situation problématique, que d’agir pour la résoudre.

Il existe tout un tas d’autres raisons qui peuvent expliquer que l’on « stagne », que l’on patauge dans nos problèmes au quotidien, sans arriver ou vouloir les résoudre. 

On est humain après tout

Le but de cet article est de vous faire réaliser que l’on est tous dans le même bateau. La perfection n’existe pas et on a tous nos failles. Il est alors important d’en prendre conscience, pour mieux vivre notre futur. 

Alors, pas de culpabilité s’il vous plait si cela fait longtemps que vous laissez trainer vos problèmes. L’important est de vouloir agir et changer les choses aujourd’hui. 😊

Pourtant, je ne vous apprends rien, quand un problème persiste depuis trop longtemps, il faut « crever l’abcès » et se mettre en mouvement. C’est libérateur.

« C’est en forgeant que l’on devient forgeron. » Waouh, en voilà une belle phrase toute faite ! 

Qu’est-ce que ça veut dire dans notre cas ? Tout simplement, c’est normal de se tromper. C’est en vous trompant une fois, voir plusieurs fois, que vous allez comprendre ce qu’il est pertinent de faire par la suite.

Pour en apprendre davantage sur ce sujet, lisez l’article
« Comment tirer profit de ses erreurs ? »

En termes de résolutions de problème, essayer de comprendre pourquoi vos problèmes ne sont toujours pas réglés. Voici quelques questions qui pourront vous aider à y voir plus clair : 

  • Quelles habitudes avez-vous qui favorisent la survenue / le maintien de vos soucis ?
  • Quelles actions concrètes pouvez-vous mettre en œuvre pour régler vos problèmes actuels ?
  • Que pouvez-vous changer dans votre quotidien pour prévenir l’apparition de ces problèmes, et ainsi réduire leur nombre sur le long terme ?

Plus vous vous y confronterez régulièrement, plus vous deviendrez à l’aise avec votre psychologie et vos failles. C’est pareil pour vos forces d’ailleurs.

Comment se détacher émotionnellement de ses problèmes et s’autoriser à les régler pour de bon ? 2

Et si vieillir était une force ?

On entend très souvent : « Ohlala, les années passent, je n’ai pas envie de vieillir. » Chacun en pense ce qu’il veut, mais j’ai un avis tout autre sur la question.

Certes, avec les années, le corps change et des problèmes physiques peuvent venir s’accumuler sur le long terme. C’est indéniable, on n’a pas la même « fougue » à 20 ans qu’à 50 ans. Et puis, vieillir, c’est inévitable, alors mieux vaut l’accepter, c’est libérateur encore une fois.

Pourtant, oui, vous êtes habitués maintenant, les choses ne sont pas si binaires. Sur le plan du mental, c’est une toute autre histoire, et c’est tant mieux !

C’est-à-dire ? Plus vous vieillissez, plus vous avez vécu de choses. Vous êtes d’accord ? Toutes ces expériences de vie vous ont apportés de la maturité. Cette connaissance sur vous-même est un véritable cadeau. 

Plus vous vieillissez, plus vous vous connaissez, plus vous savez quoi faire pour être bien dans vos basquettes, sur le plan mental et émotionnel.

C’est pour cela, quand j’entends des personnes dire que le fait de vieillir est une malédiction, je ne suis pas d’accord. Même si cela vient avec son lot de difficultés physiques, c’est une vraie chance sur le plan de l’épanouissement personnel.

Accumuler des expériences de vie 

Revenons à nos moutons. Pour une même situation problématique, vous n’adopterez pas du tout la même vision et les mêmes actions en fonction de votre vécu. 

Peut-être qu’un problème survenant durant votre adolescence était la fin du monde, et que ce même problème survenant durant votre vie d’adulte sera vécu comme une broutille.

Votre vécu vous permet de vous adapter plus facilement. Aussi, il vous permettra d’anticiper ces événements. 

Oui, si vos problèmes surviennent à cause de mauvaises habitudes ou d’un environnement malsain, vous avez maintenant les connaissances nécessaires pour savoir ce qu’il faut faire pour qu’il ne réapparaisse pas. 

Lorsque nos ainés nous racontent leurs expériences de vie, c’est une source immense d’inspiration qu’ils nous livrent gracieusement. Inspirons-nous-en.

Pour aller plus loin sur ce point, lisez l’article
« Bien s’entourer pour réussir »

Ce n’est pas une question d’âge, mais bel et bien d’expérience.

Une personne de 20 ans peut avoir vécu une quantité folle d’expériences sur une thématique. Celle-ci pourra alors conseiller une personne plus âgé débutante dans ce domaine. 

Soyons ouverts aux échanges entre générations. Les jeunes ont autant à apprendre des plus âgés. Et inversement.

L’échange de connaissances / d’expériences peut (et doit) se faire dans les deux sens. Tout est une question de contexte. 😊

Comment se détacher émotionnellement de ses problèmes et s’autoriser à les régler pour de bon ? 3

Se détacher émotionnellement de ses problèmes

Dans bien des cas, lorsque l’on a toutes les cartes en main pour régler notre problème, ce qui finalement nous immobilise, c’est l’affect que l’on a sur la situation.

Oui, régler un problème signifie parfois « tourner la page » sur un événement, une personne ou une aventure professionnelle. 

Cela demande du temps et de l’acceptation. 

On a des sentiments complexes, alors même si quelque chose nous fait du mal, peu importe la thématique, on peut s’y accrocher encore par la pensée. 

Alors, tâchons de lâcher prise sur ce qui nous nuit et allons de l’avant.

C’est bien plus impressionnant à penser qu’à faire en réalité. Vivons dans le présent, pour notre futur, et non pas bloqués dans le passé par nos vieux problèmes.

Plus facile à dire qu’à faire je sais bien, mais c’est pourtant une étape indispensable si vous voulez assainir votre quotidien professionnel et personnel.

Bon courage sur ce long chemin. Vous verrez, avec le temps, si vous le désirez profondément, les choses finissent toujours par s’améliorer.

Good Luck & Stay Positive 😉 !


Merci d’avoir lu cet article et à très bientôt sur Trace Ta Carrière ! 😊

Pour vous aider à définir concrètement ce que vous voulez faire de votre vie professionnelle, à l’aide d’exercices, je vous invite à recevoir gratuitement le guide que je vous propose sur ce site : « Faire le point sur sa vie professionnelle et personnelle (4 exercices) ».

Il vous suffit de remplir votre prénom et votre adresse email pour recevoir ce cadeau (sur la droite de la page si vous êtes sur ordinateur ou en bas de la page si vous êtes sur tablette/smartphone).

Articles similaires

Laisser un commentaire